8.7.14

Marcel(le)

C'est peut-être un détail pour vous mais pour nous, ça veut dire beaucoup.
Les petits signes.
Les clins d'Dieu.
Les petites étoiles que Maman fait tomber sur nos têtes.

D'abord, il y a eu Marcel. Ce brave Marcel que nous ne connaissions pas mais qu'on a tous raccompagné chez lui avec sa voiture parce qu'il n'était vraiment vraiment pas en état de conduire après le bal populaire du village. On a dit beaucoup de bêtises très drôles et ri longtemps de notre nouveau service de raccompagnement, de la femme de Marcel qui l'attendait en robe de chambre, du potager que Laëtitia a failli écrabouiller...

Et puis, ce matin, le choc (pour de faux). On s'est fait doubler !







Et puis, ma boucle d'oreille, ma toute petite boucle d'oreille perdue pendant le feu d'artifice, sous la pluie, sous les quelques six cent pieds présents ce soir-là, dans la pelouse, sur le parquet de la piste de danse, peut-être même dans l'eau, qui sait... Cette petite dormeuse en perle qui me vient de Maman et que Laura a portée le jour de son mariage.
Le lendemain, on a cherché la petite boucle d'oreille, un peu au hasard, au cas où, en faisant la danse de la joie et en pensant que Maman, elle, retrouvait toujours tout ce qu'on perdait...
Et puis, Louise l'a ramassée, comme ça, l'air de rien, dans la boue, après deux petites minutes trente quatre secondes de recherche.



Et puis, cette chanson, dans la voiture, sur la route qui nous ramenait vers Paris après ce week-end pas tout à fait comme les autres, plus tout à fait comme les autres, alors qu'on avait mis le disque de Fauve bien avant, sans calculer, sans savoir, sans même y penser. A l'heure exacte où Maman arrêtait tout doucement de respirer, allongée dans nos bras, à l'heure exacte où son grand cœur si généreux, si bon, si doux arrêtait de battre, un an après exactement, elle nous chantait "Hauts les cœurs, hauts les cœurs".







Oui, vraiment, c'est peut-être un détail pour vous, mais pour nous, ça veut dire beaucoup.
Peut-être même que vous trouverez ça bête.

Mais c'est Maman.
Maman.
Elle nous marcelle de petits signes.

Et je voudrais m'en souvenir.
Me souvenir des belles choses.

Merci Maman.



"Hauts les coeurs, hauts les coeurs
On peut encore se parler, se toucher, se voir
Hauts les coeurs, hauts les coeurs
Il faut se dire des belles choses qu'on gardera pour plus tard.
Hauts les coeurs, hauts les coeurs
On peut encore se parler, se toucher, se voir
Hauts les coeurs, hauts les coeurs
Rapproche-toi de moi, serre-moi fort, avant qu'on se sépare."
Fauve

7 commentaires:

Zaza a dit…

C est pas moi qui vous dirais le contraire ! On aime les signes et on y croit, le hasard n'existe pas <3

Anonyme a dit…

quel beau message d'amour vous lui envoyez. Mais oui les signes existent!comme il est doux et rassurant de les envoyer et de les recevoir. Il y a un an,les yeux humides et le coeur triste, nous percevions le départ de Bernadette comme impossible....
Et pourtant...Patricia

lamerciere a dit…

Comme le dit Gaëtant Roussel, il faut se souvenir des belles choses...

https://www.youtube.com/watch?v=3kaOj0QRbcU

Elisabeth L.R a dit…

Et beaucoup de bienveillance par delà tout
De quoi vous réchauffer le cœur en ces temps douloureux

Anonyme a dit…

oui notre Bernadette, ta Maman nous donne à tous et plus encore à vous des petits signes
je suis allée visité une église le samedi 5 juillet j'ai pris des photos avec mon portable (évidemment je ne sais pas les mettre seule sur mon ordi ) mais dès que ce sera fait je t'enverrai une de ces photos il y a une lumière près des jolies statuts et lorsque j'ai regardé cette photo j'ai tout de suite pensé que Bernadette me faisait un petit coucou et qu'elle me disait ne baisse pas les bras sois forte je suis là.....

B comme Bob a dit…

Les signes ...
J'ai eu la chance d'en recevoir bcp aussi au début !
Je suis convaincue qu'ils sont là pour nous aider à passer le cap ...
Je suis persuadée que ta maman est là, toujours, pour vous aider à passer ce cap si douloureux ...
Je t'embrasse fort !

steph a dit…

de toute façon il n'y a que l'amour qui en vaille la peine. Et moi j'aime tout ce que tu nous dis!